Bonne-Terre une année se termine une page se tourne

Vendredi toute l’équipe de Bonne-Terre s’est retrouvée à midi autour d’un verre de l’amitié pour saluer les années de collaboration de Maud Clément enseignante d’histoire Géographie et socioculturel, de David Gianésini professeur de mathématiques et de Corentin Coupé au CDI. Le Directeur M. Vidal les a remercié pour le travail accompli et leur implication auprès des jeunes et leur a souhaité bonne route dans de nouvelles activités professionnelles.

Cette fin d’année est exceptionnelle car une page se tourne avec le départ à la retraite de Marie-Christine Vidal, Jean-Denis Vidal et Régis D’Orgeval qui ont tous les trois profondément marqué Bonne-Terre

La messe a réuni de nombreux anciens élèves et enseignants, des invités et le futur directeur M. Lavit en présence du père Fevre, curé de Pézenas et de trois des aumôniers qui ont accompagné les élèves de Bonne terre : Jean-Claude Huc, Jean Costes et Umberto. L’homélie a été une action de grâce pour le travail effectué à Bonne-Terre auprès des jeunes au cours de toutes ces années et a rappelé que l’homme ne se nourrit pas que de pain mais aussi de la parole de Dieu.  Umberto a conclu en s’adressant aux futurs retraités « demander au Seigneur de vous surprendre et vous allez voir vous aurez de quoi faire ». La messe s’est terminée avec le chant Allez plus loin : Aller plus loin, passer la mer et les tempêtes, voilier que rien n’arrête. Voguer vers l’autre bord, tourner le dos aux vieux mirages, Tourner une autre page, tourner les yeux vers toi.

 

Serge Grasset, président du Sareh Bonne-Terre a pris la parole pour rendre hommage à Jean-Denis ses qualités d’homme d’engagement, de sens et de service des autres et les 34 années passées à la direction du lycée, évoquant l’application de la loi Rocard et la contractualisation des enseignants, le rapprochement avec le CFR, l’ouverture des filières, l’évolution du domaine viticole et les nombreuses constructions. Au nom de tous il l’a remercié pour ce qu’il a accompli et pour ce qu’il est avant de lui souhaiter une bonne retraite occupée par l’exploitation familiale, les enfants et petits-enfants enfin il l’a confié à Saint Vincent patron des vignerons.

 

Marie Larroudé cheffe SRFD de la DRAAF Occitanie venue à titre amicale se souvient qu’elle travaille avec Jean-Denis depuis très longtemps, l’appréciant particulièrement. Elle a relevé que dans cette « famille » de directeurs qu’elle a développée il avait l’envergure d’un directeur d’EPLEFPA. Elle a noté que Jean-Denis avait toujours une parole amicale mais un défaut : une phobie administrative et une passion : la viticulture, passion qu’elle partage avec lui. Avec L. Chabert ils lui ont souhaité une « bonne SUITE »

Chantal Deveaux directrice diocésaine a exprimé la complexité de la mission du chef d’établissement avec la part d’imprévu et d’inconnu, avec des richesses cachées, avec ses caractéristiques d’inachèvement et la certitude que l’organisation idéale des établissements n’existe pas.  Elle a rappelé que Jean-Denis avait incarné, à Bonne-terre, une cohérence et une unité au service de la formation intégrale de la personne. Qu’il avait su constituer une équipe au service des jeunes, des familles, et du territoire, permettant à chacun d’exprimer ses talents et qu’il avait engagé Bonne-Terre dans la vie de l’enseignement catholique, de l’enseignement agricole et d’autres communautés œuvrant ainsi au rayonnement éducatif, pédagogique et ecclésial du lycée. S’appuyant sur le Laudato SI du Pape François elle a remercié Jean-Denis d’avoir semé auprès des jeunes pendant ces trente-trois ans Joie et Espérance

Thierry Dedieu directeur du pôle Formation et Education du CNEAP a évoqué le parcours de Marie-Christine depuis Sup de CO, l’appel du conseil d’administration, son engagement dans le suivi administratif avec les évolutions informatiques et les nombreux logiciels qui se sont succédés. Il a noté que depuis l’arrivée du CFR elle dirigeait une équipe administrative qui était une pierre essentielle du lycée et que depuis 2002 elle avait également pris en charge la formation adulte de Bonne-Terre qui est maintenant reconnue dans le territoire.  Enfin il a rappelé les implications de Marie-Christine dans l’appel et l’URAPEL et toutes les animations quelle a assurée lors des célébrations. Après avoir fait allusion à la nouvelle étape de vie qui commençait pour elle, il lui a remis la médaille d’or de l’institution « école de la vie école de vie ».

Marie Christine, très émue, exprime alors en quelques mots la vision qu’elle a de Bonne-Terre : de multiples visages, rencontres, évènements et projets : un mouvement perpétuel et beaucoup de souvenirs. Elle remercie ceux qui en ont fait partie et en particulier sa famille.

 

 

 

 

 

 

Les enfants de Jean-Denis et Marie Christine ont alors pris la parole pour exprimer leur attachement à Bonne-terre qui a été leur lieu de vie, de rassemblement et de fête, la maison où ils ont grandi au milieu des enseignants, personnels encadrant et curés avec des liens humains forts. Ils ont évoqué les nombreux moments importants du lycée vécus de l’intérieur : joie, réussite, doute, interrogations, les modernisations, les nouvelles filières, le CFR… Ils ont dit à Marie-Christine et Jean-Denis  qu’ils pouvaient  être fiers de ce fantastique projet d’éducation initié par Mme Dardé qu’ils ont conduit avec toute une équipe et les ont remercié de ce bel engagement en leur souhaitant le meilleur pour cette nouvelle tranche de vie.

Bernadette Pratviel s’adresse ensuite à Régis d’Orgeval, au terme des 20 ans passés à la direction des études de Bonne-Terre évoquant quelques-unes de ses qualités : sagesse; discrétion, humour… ses connaissances et son côté professeur Tournesol. Elle insiste sur sa bienveillance. Bienveillance dans les débats, bienveillance dans le regard porté sur les jeunes, bienveillance dans les couloirs avec un mot pour chacun, Bienveillance envers tout ce qui est nouveau enfin bienveillance dans la tourmente car avec Régis tout s’arrange ! Elle fait le lien entre sa gentillesse, ses racines bourguignonnes et ce vignoble à qui il ressemble tant. Bernadette conclue en affirmant que ce fut un privilège pour l’équipe de travailler avec lui et qu’il peut quitter Bonne-Terre avec le sentiment du devoir accompli.

Vient enfin le tour de l’équipe Bonne-Terre transformée pour l’occasion en chorale interprétant des airs connus avec des paroles revisitées pour chacun des retraités : L’école est finie ; Adieu Monsieur le proviseur, Sacré Sacré d’Orgeval, Toute la journée au téléphone.

 

 

La soirée s’est poursuivi par un apéritif et un repas avec dégustations de vins produits par les anciens élèves, soirée qui a permis de nombreuses retrouvailles, rencontres, discussions et rires ; mêlant souvenirs, brins de nostalgie et perspectives d’avenir (retrouver ici la mission qui a été confiée au nouveau Directeur Christophe Lavit).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *